francs tireurs partisans contre les nationalismes  
ce fripon d'Anarchasis a toujours été un franc-tireur !

cercle
social

articles

email

Pour comprendre l'action des Francs Tireurs Partisans
Le réseau antifasciste radical No Pasaran vient de publier un texte très intéressant sur les prisonniers  FTP. L'hypothèse selon laquelle ils auraient été arrêtés avant prescription des premiers faits paraît satisfaisante, dans la mesure où elle explique de manière simple la décision policière de procéder à l'arrestation plutôt que d'attendre un hypothétique flagrant délit. Cette version des faits est plus simple et plus convaincante, j'en conviens, que l'hypothèse "instrumentaliste" que j'avais proposé dans un précèdent article.
Le tract qu'ils publient permet de mieux comprendre l'action des FTP dans son cadre anticapitaliste et antinationaliste. Si certains points mériteraient discussion, le texte propose une analyse de la situation politique (avant l'éclatement du FN) qui ne manque pas de lucidité. La modération du propos et des références historiques montre toute la différence entre ce groupe, qui se pose en bras armé de la démocratie et refuse le recours à la violence contre les personnes, avec les groupes "terroristes" des années 80. Il invite à une véritable réflexion sur l'usage de l'action directe non-violente dans le cadre politique et économique actuel.
Le dernier paragraphe montre clairement l'articulation entre antifascisme et anticapitalisme, qui est au coeur de l'a démarche de l'antifascisme radical et du mondialisme révolutionnaire. 

Nicolas (09/12/99)
Francs-Tireurs Partisans
 
Les Francs-Tireurs-Partisans, arrêtés mi-octobre à Marseille avaient donné leurs explications et leurs analyses des raisons de leur choix d'action armée dans deux textes. Pour que chacun puisse se faire son idée, nous publions ci-dessous le second qui date de la fin d'année 1998. Aujourd¹hui,
l'extrême-droite semble en pleine déconfiture et ne fait plus recette auprès des médias (au vu des scores, son affaiblissement ne signifie pas pour autant sa disparition) et l'on se pose légitimement des questions sur ce type d'actions, oubliant ce que furent les années 90 dans la région  Provence Alpes-Côte d'Azur. Le dernier attentat remonte à octobre 98, signifiant peut-être par là que les FTP avaient pris en compte la nouvelle donne politique. L'Etat les pistait depuis un an déclarait à Libération un policier... Ne pas les arrêter assez rapidement pouvait amener à la prescription des faits...
Les fascistes mégretistes qui avaient défendu sans vergogne les meurtriers d'Ibrahim Ali se sont bien sûr réjouis de l'arrestation de ces terroristes. Les antifascistes, quels que soient leurs avis sur le bien fondé ou non des actions des FTP devront savoir répondre aux calomnies fascistes et défendre
ceux qui, aujourd'hui, payent de leur liberté, leur engagement pour un monde débarrassé de la peste brune !
No Pasaran ! - N° 72 - Décembre 1999
Dernières actions armées revendiquées
- 21 Février l996: Destruction à l'explosif du local du FN, rue de Lyon, d'où étaient partis les assassins d'lbrahim Ali. Revendiquée « Francs Tireurs Partisans, Groupe Missak Manouchian »
- 11 Mars 1997: Attaque à la grenade d'un local du FN, 22 rue Sainte Cécile, revendiquée Groupe de Partisans «Marcel Bonain»
-21 Février 1998: Destruction à l'explosif d'un local du FN, Avenue du Sablier à Bonneveine. Revendiquée « Francs Tireurs Partisans; Unité Combattante « Dimitri Cotorovitch »
-9 Juin 1998: Destruction à l'explosif du nouveau local du FN, au 22 rue Sainte Cécile, la veille de l'ouverture du procès des assassins d'Ibrahim Ali, membres du FN. Revendiquée « Francs Tireurs Partisans; Unité Combattante «Jean Robert»
«Je ne cherche pas à changer les règles du jeu, mais le jeu lui-même»  - André BRETON
Il y a deux ans, après une série d'actions, nous avions jugé nécessaire d'expliciter notre démarche et nos motivations (voir texte du 02/96). Depuis l'analyse de la situation que nous faisions a été malheureusement confortée par toute une série d'evénements tels que la prise de la mairie de Vitrolles par Mégret. Ces dernières années ont vu plusieurs verrous sauter de par la banalisation du discours du Front National, et par sa présence dans la rue et dans le champ médiatique. Les craintes redoutées il y a dix ans se réalisent, et chaque jour se met en place la stratégie frontiste. Beaucoup ne veulent pas la voir et découvrent chaque avancée fasciste comme une abomination sortie de nulle part. Pourtant la toile d'araignée est tissée, les acteurs sont peu à peu en place pour nous jouer une dramatique connue. Les conditions pour que tout bascule sont là, présentes :
 - L'Europe, élaborée sans les citoyens, suscite le rejet, le modèle proposé est ultra libéral, anti-démocratique, avec une banque centrale toute puissante, hors du contrôle des populations. C'est le retour vers une idéologie fondée au dix septième siècle, et appliquée au dix neuvième. C'est pain béni pour les nationalistes.
- L'avenir est perçu incertain, le repli sur soi encouragé par la société de consommation. Il n'y a plus de projet collectif, mot que le capitalisme a transformé péjorativement, en synonyme de société totalitaire.
- La classe politique baigne dans le carriérisme, pour certains dans l'affairisme. Etre aux affaires, c'est faire des affaires!
- L'abstention aux élections reflète ce rejet et les bras du FN s'ouvrent à une partie grandissante de l'électorat. Il n'y a pas de raisons objectives pour que cela cesse. Les dernières élections régionales l'ont montré : la droite classique a explosé. C'est un événement capital pour les stratèges du FN. Ce n'est que le début d'un processus de recomposition autour d'un parti d'extrême droite présentable. L'exploitation du vote fasciste par les socialistes, mise en place dès 1983, est toujours d'actualité. Les velléités de changer le mode de scrutin ne régleront pas le problème.

Pourtant, dans les calculs politiciens, peu s'émeuvent de toute l'eau apportée au moulin du Front National. Un exemple flagrant fut l'élection au poste de président du Conseil Général des Bouches du Rhône, d'un personnage traînant tant de casseroles, qu'il dût demissionner quatre mois plus tard. 

Tête haute et main propres ont de beaux jours devant eux.

Pour les fascistes français, il faut un bouc émissaire étranger désigné comme tel. Ce fut les Juifs, c'est aujourd'hui les Arabes. Le racisme au quotidien, chacun le connaît, autour de soi, dans son quartier, son travail, sa famille. S'il ne s'exprime pas avec les mêmes termes d'avant guerre, il n'en est pas moins bien présent et ancré dans les mentalités.

Tout est donc en place : une société dont le lien social se disloque sous les coups de boutoir du libéralisme; la corruption des « élites » politiques ; une droite «républicaine» qui a perdu ses repères et son électorat; le jeu politicien des différents pouvoirs en place depuis quinze ans, et enfin un racisme latent qui n'attend qu'une occasion pour s'exprimer pleinement. Le danger fasciste n'est donc pas stationnaire, il est grandissant. Les camps sont pratiquement constitués. Personne ne peut  plus dire «je ne savais pas ». Ceux qui adhèrent et votent Front National, le font en connaissance de cause. Même si on peut trouver toutes les explications qui les ont poussé dans cette voie. C'est un fait réel, maintenant bien établi. Ce n'est plus le moment de faire de la propagande pour montrer combien les fascistes sont bien fascistes. Ils sont aujourd'hui dans une dynamique de prise du pouvoir à l'échelon national après une phase locale.
Si les élections peuvent parfois empêcher l'accès, conjoncturel, d'un fasciste à un poste d'élu, elles ne peuvent en aucun cas altérer les causes du vote FN. Aucun candidat n'a su, ou n'a voulu appliquer son programme une fois élu. Seul le Front National tente de le faire localement dans ses mairies et dans les instances où il pèse. Le parti fasciste français entretient une milice et des adhérents armés qui n'hésitent pas à tirer et à tuer. Ce ne sont pas des lois qui feront disparaître le FN, il doit être interdit « de fait » par les citoyens. De même la justice répond au cas par cas aux effets, mais jamais sur les causes. 

Historiquement le fascisme ne s'est jamais combattu dans les urnes. Par contre, les fascistes sont souvent arrivés au pouvoir par les urnes. Nous n'avons d'autre choix que la résistance active : Nous gardons dans notre c¦ur la mémoire de ceux qui se sont battus, qui sont morts, il y a plus de 50 ans, pour libérer ce pays de l'abomination fasciste. Comme eux, nous nous revendiquons, du fait de nos  racines, d'une certaine conception de l'homme, où la loi de la jungle ne doit pas être un modèle. La Résistance au fascisme des Francs Tireurs et Partisans est une référence historique, et pour nous un modèle de dignité humaine.

Aujourd'hui, notre objectif prioritaire : arrêter par tous les moyens l'avancée du Front National. Les fascistes ne doivent pas marcher en terrain conquis. Au delà du travail légitime de tous les démocrates, les associations, les individus qui luttent contre l'extrême droite, nous affirmons clairement que nous ne nous laisserons pas faire. Ils ne reviendront pas plastronner cyniquement sur le perron des institutions républicaines qu'ils haïssent.

Seul un mouvement social avec des objectifs politiques clairs, pourra enrayer les causes de la dérive fasciste. Ces objectifs devront être la solidarité, le partage des richesses, un développement soutenable pour l'ensemble de la planète, en rupture avec l'économie du tout marché. L'abandon définitif du libéralisme, qui met l'homme en position d'esclave face à l'économie, qui doit rester un outil sans plus.
L'histoire de l'humanité n'a jamais été réglée par le marché, et celui-ci n'assurera pas son avenir.  Le Marché, pris en main et piloté par les grandes multinationale formant des oligopoles, n'assure pas la démocratie. Il casse sans cesse les solidarités entre les gens que sont la Sécurité Sociale, les Services Publics, ou l'Education Nationale par laquelle passe l'émancipation de tous. L'éducation et non pas le dressage fasciste ou la «formation» pour les capitalistes. Etre instruit, cultivé, c'est pouvoir exercer pleinement sa citoyenneté. Le Marché n'aime pas l'éducation nationale qui n'est pas «rentable». L'extrême droite déteste l'éducation populaire.

Une population instruite, ouverte, ayant le sens critique, est difficile à asservir et à manipuler. De même la culture a été phagocytée par les marchands, elle est revue et corrigée par les fascistes qui voient en elle une subversion à l'ordre qu'ils veulent imposer.

Pendant que certains font du profit et s'occupent du Marché, d'autres bâtissent et élaborent l'ordre nouveau, au travers du racisme, de la préférence nationale ou de l'épuration ethnique. Face à l'extrême droite, la bataille des idées est provisoirement en retrait, par défaut. C'est bien les fascistes qui occupent maintenant le terrain. Nous ne pouvons nous attaquer de front au capitalisme en fonction de nos moyens actuels. Seule une dynamique sociale progressiste nous sortira d'un isolement entretenu par le consensus libéral. Nous nous inscrivons dans une démarche citoyenne qui doit reconstruire les bases idéologiques et philosophiques nécessaires à l'émancipation de l'humanité à travers toutes les frontières. Ici nous combattons le fascisme afin que cette émancipation se mette en marche. La disparition du FN est liée à notre capacité à inverser la tendance du libéralisme mondial.

Pour l'Internationalisme. Contre tous les Nationalismes et tous les Intégrismes. 
Solidarité avec ceux qui luttent ici ou ailleurs.»